La représentativité dans les livres pour enfants construit la confiance en soi


La diversité et la lutte contre les stéréotypes existent pour que TOUS s’habituent à l’idée que n’importe qui peut-être un héros brave, pour que nos enfants intègrent le changement de la société. C'est un fait indéniable! La littérature jeunesse contribue à faire de nos progénitures, une meilleure version de nous-mêmes.

Alors le prochain parent qui nous envoie des messages: "Courage pour ton projet mais je n’ai qu’un enfant noir voire blanc, jaune même vert" avec l’éternel sexisme "dommage que ton héroïne ne soit pas un garçon"... Je ne suis pas certaine de garder longtemps mon sang-froid.

La bibliothèque de ma fille de 2 ans compte 24 livres. Dans la vingtaine qu’on m’a offert, je ne vois que des animaux. À cela, on ajoute les livres que j’ai acheté par conscience de diversité, où tous les enfants qui ne sont pas blancs sont d’ailleurs qu’en France.

Pourquoi j'ai écrit: "Je suis métisse"?

Je l'ai écrit au départ pour ma bébé. Avec pour ligne conductrice, un petit livre de poche pour lui expliquer la mixité car certains vont la catégoriser dans une minorité. Finalement, en repensant à cette journée folle où j'ai fait 11 bibliothèques parisiennes sans trouver de livres pour lui expliquer ce qu'est le métissage, j'ai entrepris de le commercialiser. Dans cet ouvrage jeunesse, j'apprends aux enfants qu’ils peuvent aimer qui ils veulent, voyager et j'ouvre le champ du possible vers une discussion sur les différences culturelles. J’ai essayé sans tomber dans la caricature, d’ajouter une indienne, un asiatique, une africaine, un enfant en situation d’handicap, un autre en surpoids et une maîtresse avec le vitiligo. J’ai eu des tonnes de remarques positives mais aussi des avis négatifs qu'on retient malheureusement plus facilement: c'est laid une femme avec un vitiligo, t'as pas peur de faire un livre trop exotique, c'est marrant comment tu les as habillés, t'as un garçon avec un pull rose... Encore heureux qu'on ait pas critiqué mes textes. J'avais perdu confiance en moi jusqu’à ce que mon beau-père, ancien instituteur vaudois & correcteur, me dise: il est parfait.

Alors par pitié, n’ayez pas l’esprit étriqué! Une future belle personne est un enfant éduqué, qui se questionne. C'est aux proches de faire le geste de leur apprendre. Il ne faut pas attendre d’être dans la rue pour banaliser les questions posées par nos bambins:

- quand est ce que je deviens blanc?
- Pourquoi est-il plus foncé?
- Pourquoi suis je la seule à ne pas ressembler aux autres? 

Peut-être que votre enfant aura les mots pour rassurer "les autres" parce qu'il était déjà informé sur pourquoi les gens n’ont pas la même couleur. On n'a jamais vu d'héros ou d’héroïne handicapé alors que certains sont de grands athlètes, plus persévérants, plus endurants que bons nombres de valides. Aucun malade n'a jamais sauvé le monde! Pourtant il suffit de mettre un pied dans un hôpital pour entendre des enfants parler comme des adultes sages!

La représentativité compte.

C'est le message d'un parent, qui fait de son mieux pour contribuer à l'équilibre dans les livres jeunesse. Vous pouvez nous soutenir en achetant! Nous ne serons riches que de savoir qu'il est possible d'accomplir ses rêves!

Lindsay, auteure du livre "je suis métisse" disponible sur www.madebyscottie.com

Etre une personne aimante

Être une loveuse est devenu essentiel dans ma vie de couple. Il n'y a pas besoin d'être croyant pour espérer partager toute sa vie avec quelqu'un. Pour bien choisir son soupirant, il faut être personne aimante. C'est une qualité fondamentale pour apprécier la vie. La vie principalement notre vie, est de courte durée. Par nécessité, nous n'avons pas d'autres choix que d'estimer ceux qui nous entourent. En conséquent, l'équation d'aimer est faite.

Comment je choisis mes ami(e)s


J'aime beaucoup les gens qui m'entourent.. Ce sont des personnes que j'ai rencontré dans ma vie et je les admire. Je n'ai pas de groupes d'amies, je n'ai pas eu cette chance en école. Alors mes amis, je les ai rencontrés au travail ou je les ai gardés de mon enfance en Afrique. J'adore rencontrer les gens. Ma plus belle rencontre d'ailleurs, c'est avec Sarah, j'ai squatté chez elle. C'est la fille la plus drôle du monde. Ses amis ont de la chance. Quand on passe du temps avec elle, toutes les choses simples prennent de l'ampleur. Son rire par exemple est un délice et elle m'a aussi appris à faire du vélo.